réhabilitation d'un bâtiment en tiers-lieu

> Maître d’ouvrage :  privé
> Localisation : Saint-Léonard-de-Noblat , Haute-Vienne
> Construction d’origine : XII° – XIV° et XVI° siècles,  en secteur sauvegardé nécessitant l’aval de l’Architecte des Bâtiments de France
> Date de réalisation : 2019

Le maître d’ouvrage décide de transformer et de réhabiliter une vieille demeure,  autrefois occupée par une banque, en un tiers-lieu ou espace public de coworking.

La demeure se trouve dans une Ville d’Art et d’Histoire, Saint-Léonard-de-Noblat, face à la collégiale, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO.  Toutes modifications du patrimoine nécessitent donc l’aval de l’Architecte des Bâtiments de France (ABF).

Etat des lieux :

Le bâtiment, des XII, XIV et XVI° siècles, comporte un escalier en bois remarquable. – Il est composé de 2 travées d’environ 5 m de large sur 16 et 19 m de long, séparées par un mur porteur traditionnel et des adjonctions. L’une des travées est sur une cave voûtée.
– La façade sur rue est en pierre de taille, les autres sont recouvertes d’un enduit traditionnel. La couverture est en tuiles canal à 2 pentes.
– Un jardin encaissé et un jardin haut sont au niveau du R+1.

Projet :

Le Maître d’Ouvrage entreprend le projet de réaménagement d’un bâtiment
existant qui était à usage de banque.

L’objectif est de créer un lieu pour les artisans et les acteurs de l’économie sociale et solidaire afin qu’ils travaillent dans des espaces chaleureux. La réglementation sollicitée sera “ERP” 5° catégorie (Etablissement Recevant du Public).

Le parti pris est de conserver les façades dans leur ensemble en refaisant les enduits à la chaux. La façade place Gay-Lussac est prévue hydrogommée avec une reprise des joints.
Pour restituer sa valeur initiale à la façade principale, les grilles de défense sont déposées, les châssis remplacés par des menuiseries extérieures bois à peindre. Le châssis en ogive est monobloc laissant apparaître à l’intérieur la maquette de la ville.

Les 3 châssis du rez de chaussée côté place Gay-Lussac sont remplacés par des châssis bois à imposte basculante, la partie basse vitrée est fixe. Elle est destinée à reprendre l’idée des échoppes largement vitrées en leur rez-de-chaussée et à assurer une lisibilité de l’espace de coworking, “l’Escalier”.